mercredi 24 mai 2017

GLENN GOULD

UNE VIE A CONTRETEMPS 




Sandrine Revel
Les Editions : Dargaud 



















« Je tenais pour acquis que tout le monde partageait ma passion pour les ciels nuageux. J'ai eu tout un choc en apprenant que certaines personnes préféraient le soleil. » 
                                                         
Les Variations de Goldberg sont à Glenn Gould ce que Almost Blue est à Chet, le concerto d'Aranjuez à Joaquin Rodrigo ou Black Hole Sun à Soundgarden. Bach a composé les variations mais Glenn s'en approprie et lui donne ses lettres de noblesse se jouant de la technique contrapuntique inégalable du compositeur. Il apporte une vision nouvelle à cette œuvre maintes fois utilisée au cinéma comme dans « Le silence des agneaux », « Le patient anglais » ou encore « Love » de Gaspard Noé.

Souvent les enfants surdoués ont la particularité d’être solitaires. Glenn n’échappe pas à la règle. A la fois rejeté et moqué par ses camarades, il se réfugie là où Mozart, Beethoven ou Bach règnent en maître.  Doté d’une oreille absolue, très vite il se passionne  pour la mélodie et les œuvres de ses pairs.  Il fait corps à corps avec son Chickering ne laissant que peu de place au monde qui l’entoure. Son piano est le prolongement de ses doigts… La musique est le prolongement de son âme.

« La musique est quelque chose qui doit s’écouter en privé. Elle doit conduire l’auditeur et l’interprète à un état de contemplation. »

Adulé par beaucoup mais critiqué par les journalistes, la presse ne l’épargne pas. Son originalité casse les codes et son jeu pianistique surprend. Son narcissisme au clavier dérange et ses exigences deviennent de plus en plus excentriques. Ses auditeurs le réclament mais Glenn fuit les concerts car jouer en public l’ennuie profondément. Seul le contact avec la musique l’importe. Il se consacre dès lors à la composition, la production d’émission de radio et sa vie quasi monastique.

« La solitude nourrit la créativité alors que la fraternité collégiale tend à la dissiper. De plus, elle est pour l’être humain le plus sûr chemin vers le bonheur. »

Je connaissais le musicien mais très peu l’homme. Sandrine Revel réunit dans ce même album tous ses talents de coloriste, scénariste et dessinatrice pour nous délivrer une biographie riche et intéressante. Grâce à ce roman je découvre en plus du génie, un personnage obsessionnel frôlant quelque peu la folie. Les couleurs, le crayonné et les mots ne laissent aucun doute sur le coté obscur du musicien. L'auteur nous ballade entre les touches noires et blanches d'un piano et nous emmène dans l'univers symphonique d’un des plus grands pianistes de sa génération, préférant la compagnie des animaux à celle du genre humain.   

 « Je suis incapable de changer ma manière de jouer du piano. Les gens devront m’accepter ou me rejeter tel que je suis. »

Branche ton double jack pour « Une vie à contretemps »… Un aller sans retour …




dimanche 7 mai 2017

Perles d'élèves




Jean Bruan

Aux éditions : Horay 
2000












Samedi à Emmaüs, pour 1€ symbolique, je suis tombée sur ce petit bouquin de Jean Bruan, auteur Belge et ancien instituteur. Il récolte, au cours de sa carrière, une multitude de perles auprès de ses élèves et fait de ce livre un réel petit moment de récréation. C’est mignon à souhait. On dit parfois que la vérité sort de la bouche des enfants et pour le coup, je trouve que souvent les réponses révèlent le devenir de certains. Il y a les rêveurs,  les humoristes, les cancres et il n’y a rien de péjoratif, ou le futur poète. J’imagine très bien l’instituteur pouffer de rire en corrigeant ses copies et se retenir de mettre un 20/20 avec pour observation : Humour excellent, vous devriez faire carrière !

Mais lisez plutôt ces quelques madeleines et régalez-vous :

-     Science - Le futur philosophe :

Quand le cœur se dilate il reçoit le sang par …
- Le destin

Histoire - Le futur prof :

Qu’a fait Christophe Colomb ?
- Il a traversé l’océan scientifique et a découvert l’Amérique en 1949.

La Belgique est devenue indépendante depuis …
Depuis        tout le monde est content

De quoi Beethoven souffrait-il ?
- d’une crise de désèspoire

Géographie & science 

Le futur beau gosse :

Comment appelle-t-on des fruits venant des pays chauds ?
- des fruits érotiques

Pourquoi le cerf brame-t-il ?
- pour avoir des femmes et les draguer

Comment appelle-t-on un homme qui explore les cavernes et les grottes ?
- Un gynécologue

Le cancre … ou pas ... :

Pour épargner les arbres des forêts et économiser le papier, que peut-on faire ?
- travailler mon moins à l’école


Une mention particulière à cet élève qui, en vain,  voulut apprendre sa leçon par cœur :

Comment s’appelait le chef de la première croisade ?
- G Gode Froide de Bouilla

Je remets mon bon point à ce futur poète :

- En automne, les arbres meurent de leur chagrin

Les mémoires de cet instituteur nous offrent des perles inoubliables et attendrissantes. Quand on lit avec attention on devine une intelligence et spontanéité désarmantes de la part nos chères têtes blondes.  Une lecture « flash-back » drôle et touchante qui nous ramène à nos buvards et nos bureaux d’écoliers.

Je me souviens de ma fille Mathilde qui du haut de ses 11 ans me demande d’un ton naturel :

- Maman pourquoi les  volcans rentrent-ils en érection ?
- Oups !

A lire, sourire et à partager !


 Perles d’élèves …. Euh…… c’était qui déjà le chef de la première croisade ? 



D'autres perles by manU ----------- ici 


**

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...