samedi 15 juin 2019

FLEUR DE L'OMBRE


Kazuo KAMIMURA - 1976  
Manga intégrale 1

Les Editions : KANA
Collection Sensei
Pour public averti

Masse Critique Babélio



« Même la solitude à elle seule rend capable d’aimer » 

Je m’appelle Sumire, j’ai 20 ans et je suis vendeuse dans un grand magasin tokyoïte. Il m’arrive parfois … souvent … d’accepter les invitations lubriques de certains clients. Boire un café après mon service, mais pas que…

« Accordez-moi, voulez-vous, un petit moment de caprice et de liberté » 

Oui, je me prostitue. Je suis consciente de mon pouvoir de séduction et cet avantage m’offre une grande liberté et un joli train de vie. Je décide de qui et quand. Et nul n’a le droit, en vérité, de me blâmer, si ce n’est moi même.

Je suis le fruit d’un amour défendu. Ma mère vient de se suicider, triste et lasse d’avoir attendue en vain, son amour de toujours, un homme marié. Que le ciel m’en soit témoin, je jure de ne jamais succomber aux abysses de l’amour. Ma mère fut une femme de l’ombre. Je le serai à mon tour mais uniquement par désir. Je refuse de dépendre d’un homme. Je monnaye mes charmes pour garantir ma liberté et lutter contre le machisme. En échange, j’offre un peu d’attention, des mots, du sexe et parfois même du silence. 

« Le noir sied à merveille à une prostituée » 

Kazuo KAMIMURA nous dresse le portrait d’une femme émancipée et indépendante dans le Japon des années 70 où la gente féminine est contrainte au seul rôle de femme au foyer. Sumire, dépourvue de sentiments, assume totalement son statut de femme entretenue et revendique son choix de vie. Elle échappe ainsi à la condition des femmes soumises. 

Elle porte en elle le chagrin de sa mère disparue ainsi qu’un esprit cruel et vengeur. L’auteur crée une atmosphère malaisante et une héroïne au calme désarmant.  Je suis fascinée par cette femme et ses nuances de gris qui préfère l’ombre au soleil pour éviter de faner trop vite. 
Dans sa froideur et son mutisme protecteurs, on cherche la faille, le moment du lâcher prise car peut on se protéger de la nature humaine et de ses propres sentiments ? En réalité, vendre son corps et son âme, n’est ce pas déjà un acte de soumission ? Une vie par procuration ? 

« Laisse… Rentre donc. 
Tu chies un coup, une branlette et dodo ! 
Ça t’reviendra moins cher… » 


Les états "Dame" de Sumire, Fleur de l’Ombre … 
« Pourtant j’étais très belle, oui j’étais la plus belle, des fleurs de ton jardin » F. Hardy



Un grand merci à Babelio 
et les éditions Kana pour cette immersion au pays du soleil levant. 




dimanche 14 avril 2019

Mon Roi






« Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde. »
A. De St Exupéry

Camille & Mathilde, mes plus grands bonheurs de la vie et puis une nouvelle rencontre ce mardi 2 avril au petit matin, un tout petit bout de moi a vu le jour.

Je reçois sur mon portable une photo, mes doigts tremblent. Avant même de regarder, je sais d’ores et déjà que je vais tomber d’amour. Je te découvre à peine sorti du ventre de ta maman et mon cœur explose et déborde de joie. C’est que tu as pris ton temps pour nous rejoindre. Après 9 mois d’impatience, tu as décidé de te faire encore plus beau, plus précieux pour cette rencontre. Quatre jours de plus dans ton petit nid douillet maternel et voilà que tu vois le jour, Nolhan, la merveille des merveilles.







Il est 14 h et notre premier rendez-vous est imminent. Je vois ma fille devenir mère et toi si fragile et vulnérable au creux de ses bras. Je suis bouleversée. Je pleure de joie à la vue de cette nativité. Un déferlement d’émotions s’éprend de moi mais ce serait te mentir que de te dire qu’il n’y avait pas un voile de tristesse. Peinée je suis, par ces années que je n’ai pas vues s’écouler. Ma fille est devenue mère, moi grand-mère, la transmission est assurée. Tu te loves tout contre moi, ta petite main serre la mienne, le lien est là. Instantanément je suis apprivoisée, tu viens de voler mon cœur.





Nolhan,  jeune champion, premier de la fratrie, nous allons en vivre des belles choses ta petite main dans la mienne. Je te dessinerai les fleurs, les couleurs, la musique, la pluie, le soleil, la lune et les silences qui en disent long. Je te raconterai notre histoire, celle de ce musicien Andalou qui quitta sa patrie pour une terre de liberté. Je t’apprendrai la douceur des mots et d’une main tendue. A nous deux nous réinventerons hier, aujourd’hui et demain, puis nous irons nous asseoir au pied de Montmartre où je te raconterai mon Paris, Avignon et la Drôme des collines puisque nous sommes tous deux nés ici. 
Je serai ton témoin, tu seras ma mémoire, 
Je serai ton Abuelita, tu seras mon Roi, 
Tu seras ma joie de vivre, je serai ton alibi, mais chut ne le dis pas à tes parents, ce sera notre secret bien gardé.

Mon Roi, Nolhan, bienvenu parmi Nous !

Ouvre grands les yeux vers le monde, il y a tant de choses à découvrir à celui qui veut voir.

Et comme dit le renard à son Prince, n’oublie jamais cela :

« On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux »  
A. De St Exupéry

 
Tu Abuelita

mardi 12 mars 2019

UN-ARC-EN-CIEL


Mathieu Siam
Les éditions : Comme une Orange

Mai 2018
Une histoire pour tous les âges

www.commeuneorange.com



« Un dessin est un mensonge qui dit la vérité ».

Aujourd’hui Rainette est toute joyeuse. Comme chaque année, elle s’affaire à préparer l’anniversaire de Monsieur le Chêne qui sera donné ce soir  en son honneur avec tous ses amis.

Mais Monsieur le Chêne est triste et n’est pas d’humeur à fêter son centenaire. Il est si usé et abattu par le poids des années. Ses écorces portent les stigmates du passé et sa mémoire se fait de plus en plus lourde. Même ses fruits sont un fardeau. C’est qu’il en a vécu des drames depuis un siècle : l’hiver 54, la sécheresse de 1976, les caprices du vent, la solitude, les maladies et la folie des hommes. Vieillir lui a pris tout son temps et le besoin de repos se fait ressentir. Son heure frapperait-elle à sa porte ?

Rainette ne l’entend pas de cette oreille. Elle accompagne son ami, tout au long de la journée, munie de sa palette aux couleurs flamboyantes ainsi que du papier à dessin et lui demande de lui raconter ses mémoires, Monsieur le Chêne a tant de souvenirs précieux à nous raconter.

Mathieu Siam m’avait émerveillé avec « Galet » et c’est une fois de plus qu’il renouvelle ses promesses avec ce récit. Cette histoire est une invitation au temps qui s'écoule. Elle aurait pu sombrer dans la tristesse et le pathos mais c’est avec élégance que Mathieu lui a donnée une toute autre couleur.  Plus d’une corde à son arc, en ciel, l'auteur a écrit et dessiné cet album. Sa plume en dit long sur sa générosité quant à ses dessins, il en ressort une infinie tendresse. Il aborde avec finesse et  poésie  un sujet sensible que nous redoutons tous : la flamme au bout du chemin.

« Soudain, un voile blanc déchire le ciel, plus vraiment la nuit, pas encore le matin. »

Un Arc-En-Ciel … même le noir est une couleur.

Une invitation à vivre pleinement le temps qui nous est «conté».


Un grand merci à manU pour ce merveilleux cadeau, 
ainsi qu'à Mathieu Siam pour sa dédicace 
et pour nous écrire des histoires à faire rêver.  

Mathieu, s'il te plaît, dessine-moi un arbre... 

En attendant BB2019

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...