dimanche 26 juillet 2015

Au Théâtre ce Soir III

24 h De La Vie D'une Femme
         

De 

Stefan ZWEIG


Avec

Clémentine CELARIE

Mise en scène : Steve SUISSA

Adaptation : Eric-Emmanuel SCHMITT









« Qu’est ce que la folie ? 
Partir pour l’homme que j’aime 
ou rester avec celui qui ne me regarde plus ? »

Cette réplique en début de partie annonce la couleur rouge flamboyante de ce qui m'attend. Mais rien d’étonnant quand on connait les chefs-d’œuvre de l’auteur et sa plume foudroyante. On sait que l’on va toucher au sublime et vivre un moment dévorant de passion. Stefan Zweig est le maître dans la complexité et les sentiments refoulés, avec ce mélange d’irrévocable et de déchirant.

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme vont être disséquées au scalpel. Aucun répit, aucune pitié, aucune compassion. Il y a ceux qui lancent la première pierre et ceux qui écoutent sans jugement et  tentent de comprendre l’inavouable.

« Pour ma part, je trouvais plus honnête qu’une femme suivît librement et passionnément son instinct, au lieu, comme c’est généralement le cas, de tromper son mari en fermant les yeux quand elle est dans ses bras. »

Clémentine Célarié est la narratrice de la pièce. Elle endosse le rôle d’une veuve bienveillante qui pose un regard plein de compassion à travers son histoire similaire. L’histoire d’une femme « sans moralité » qui quitte mari, enfants, maison, sécurité, pour vivre sa passion. Elle fuit pour survivre. Elle quitte l’illusion pour ne pas mourir de tristesse et d’ennui.

Quand de la bouche, rouge sang, de Clémentine Célarié s’écoulent les mots de Stefan Zweig, c’est fascinant et criant de vérité. Les mots dérangent et bousculent notre for intérieur. Elle nous offre les confessions les plus intimes d’une bourgeoise prude du siècle dernier. Sa prestance et sa justesse occupent l’espace et le temps. Elle est touchante dans ce rôle grave de femme vieillissante dont la vie sera bouleversée quand son regard croisera celui d’un jeune homme addict au jeu. Mais ce bouleversement sera réciproque dans la vie de cet homme qui ne sait comment attraper cette main tendue, généreuse et pudique.


Clémentine Célarié & Loris Freeman


Clémentine est troublante dans ce rôle de femme bafouée. Elle  porte divinement sur ses épaules le thème obsessionnel cher à l’auteur : La Passion. Et quel cran pour tenir le rôle d’une héroïne zweiguienne.
Où donc est elle allée chercher toute cette émotion et ces larmes que j’ai vu couler sur son visage et le mien ?

Vingt-quatre heures de la vie d’une femme, quand quelques heures  suffisent à donner le vertige …



Vous voulez vivre un grand moment d'émotion ? Pour réserver cliquez  




 

18 commentaires:

  1. Une fois de plus, ton enthousiasme est communicatif et tu sais trouver les bons mots pour nous donner envie de découvrir cette pièce.
    Quel beau moment tu as dû passer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un excellent moment d'émotion.
      Et la proximité avec l'actrice était très émouvante. Voir ses larmes couler en pleine pièce ... Wahou... les miennes ont suivit ...

      Le joueur d'échec de Zweig passe chez moi au printemps avec Francis Huster ... J'espère que j'aurai une place :)

      Supprimer
    2. Le joueur d'echec avec francis Huster... De très bonnes critiques, j'ai lu. Je regrette juste qu'il soit tout seul sur scène pour cette histoire qui aurait méritée d'être jouée à deux.
      Tiens, je vais voir si elle passe un jour du coté de chez moi...

      Supprimer
    3. Je confirme elle passe dans ton village aussi ;-)

      Francis Huster seul sur scène !!!!! Ggggrrrrrrr ^^ C'est dangereux pour lui :)

      Supprimer
  2. Beau billet, beau rouge à lèvres... rouge.
    Voilà qui donne envie de voir la pièce, je vais voir si elle passe un jour du coté de chez moi...
    En tout cas, c'est décidé, cet été, je vais lire le roman de Zweig. En fait, je crois que j'attendais de lire avant de voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais mon cher Bibison c'est à Paris que j'ai vu cette pièce et si je ne me trompe pas elle est jouée jusqu'à fin août...
      Cette pièce n'a pas eu que de bonnes critiques... Pourtant j'ai adoré : le texte, l'actrice et aussi le second rôle qui ne parle pratiquement pas dans la pièce. J'ai aimé l'expression des traits de son visage dans les séquences colère et émotion. Très beau...

      Et Clémentine est troublante de sincérité. Si dans 10 ans je lui ressemble et bien je serai ravie!

      ;-)

      Supprimer
    2. Je ne vais pas dire que je suis déçu par le livre... Mais bon, ce roman n'est pas tout à fait pour moi. J'ai été tant happé par d'autres romans de Zweig que celui-ci ne m'a pas marqué autant que je l'aurai souhaité.

      Supprimer
    3. Et pour être honnête je te dirai que j'ai préféré de loin la pièce. Le livre m'a déçu un peu ne me servant que de support pour mon billet. Je n'ai pas retrouvé (dans le livre) la passion que j'avais lu dans "Lettre à une inconnue" et cette force d'écrire "Le joueur d'échec". En revanche j'ai été porté et touché par la pièce de théâtre et surtout par le jeu de composition de Clémentine.

      Merci pour ton lien Bison :)

      Supprimer
  3. 10 ans ? J'aurais dit 20 ans...
    :-) mais bon, je me trompe certainement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 20 ans !!!! N'exagérons rien !!

      Disons 19 ;-)

      Supprimer
  4. J'ai adoré ce livre déjà plein d'émotions, quand on y rajoute celles que le théâtre nous offre avec l'expression des comédiens, c'est encore tellement plus fort...<3
    Quelle belle soirée tu as eu.
    Gros becs ma Rousse xxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une belle soirée et une beau séjour parisien que j'aurai aimé figer dans le temps !

      Gros becs belle blonde ;-)

      xxx

      Supprimer
  5. Zweig est un génie littéraire à l'état pur.
    J'aimerais bien voir cette pièce. Mais si elle s'arrête fin août, c'est cuit.
    J'attendrai qu'elle passe à la TV, du coup... ;-)
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand moment d'émotion et une belle actrice que je connaissais peu finalement !

      Et puis Zweig ! Comment passer à côté :)

      Supprimer
  6. Tu m'as donné envie de découvrir le livre !! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu ne connais pas Zweig Cristie, je te conseille d'abord "Lettre à une inconnue" tu ne pourras être que touché.

      Belle journée :D

      Supprimer
  7. J'ai adoré le roman. Je suis tellement déconnectée du monde que je ne savais même pas qu'il y avait une adaptation au théâtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très belle adaptation théâtrale tout en émotion.

      Si tu penses sur Paris avant fin août ;-)

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...