lundi 28 mars 2016

Devenir Sienne

Éva Delambre

Les éditions : Tabou
2014




« L’amour et cette étrange sensation où tout s’écroule autour de soi, où le silence demeure et les faits restent. L’acte de la perversion, de l’humiliation, de la frustration ; tous ces actes qui se réunissent dans une seule finalité, la jouissance et le bonheur d’aimer et d’être aimé. Ne te trompe pas, ce livre parle d’amour, même si les dérivés pour y arriver sont « spéciaux».

Ce roman est beau, ce roman est intense, ce roman est jouissif. Je vous ai déjà dit que j’avais adoré ce roman ?! »

Oui Maître Bison, nous l’avons bien compris que ce livre t’a plu et je dirai même plus, oooohhh ouiiiiiiiiiiiiiiiii il t’a plu !

Et comment, moi,  pauvre pécheresse,  pouvais je résister à une telle chronique ? Tes mots m’ont attiré dans les filets de ta perversité et je n’ai pu m’en dégager avant la 436ème page.

Je suis certaine que tu as hâte d’avoir un avis féminin.
Mais règle numéro 1 :
Ne pas parler la bouche pleine ! 
- Peux-tu me passer un mouchoir s’il te plait ? ^^

Il est certain que dans la position d’un mâle dominateur et de se faire sucer au moindre claquement de doigts, tu ne pouvais qu’apprécier ce roman, voir même t’y projeter sur ton canapé couleur taupe … attention aux éclaboussures ! Mais redescendons sur terre mon cher Bison veux tu ? Nous sommes bien dans une fiction. Qu’une femme puisse jouir 7 à 8 fois d’affilée en changeant de queue …. Euh … faut pas abuser non plus… Tu l’as trouvé au rayon utopie ce  roman ? ;-)

Bon trêve de plaisanterie ! Malgré quelques  redondances, des scènes de sexe à répétition, ce livre m’a tenu pieds et poings liés jusqu’à la dernière goutte … page…. pardon !

Une lecture addictive certes, une jolie écriture je te l’accorde, un style fluide qui glisse tout seul ouais pas mal, surtout dans les onomatopées : les OOOOOOHHHHHHHH, les AAAAAHHHH, jamais ne me lasse, les MMMMmmmmmm, les Ouiiiiiiiiiii et Encoooooooooooooore, les vas-y défonces moi le c--.

Mais ce qui m’a le plus intrigué et intéressé dans ce roman, c’est l’histoire de cette femme et ses limites, parce que justement des limites elle n'en a plus. Une épouse avec une vie bien rangée, un peu trop peut être, qui va découvrir dans les bras d'un autre, le monde pervers du sadomasochisme pur et dur. Aucun palier entre sa vie d’avant et la nouvelle. Elle se retrouve du jour au lendemain avec un collier et une laisse à faire des fellations à des inconnus, en veux tu en voilà, avec un aplomb qui m’a laissé sans voix. Les scènes d’humiliation et de soumission vont crescendo. Elle accepte toutes ces nouvelles expériences sexuelles par plaisir et surtout par Amour pour son Maître avec un grand H comme tu dirais.

« Je sentis une larme couler le long de ma joue. Une larme de bonheur de vivre ce moment merveilleux, mais une larme qui représentait surtout le désarroi d’une femme mariée qui réalise qu’elle est follement amoureuse de son amant et qui sait que rien ne sera plus comme avant ».

Cette soumission m’a quelque peu agacé et je dirai même que  parfois j’ai eu de la compassion pour cette jeune femme. Elle est toujours dans le geste d’aimer à la recherche éternelle du grand A, alors que lui n’est que dans un acte de pouvoir. J’aurai aimé un peu plus d’humanité de la part de cet homme. Comment une histoire d’amour (si amour il y a) peut-elle bien finir avec autant de perversion ? Comment peut-elle s’oublier dans une telle relation ? Peut-on tout accepter par Amour ? Comment peut-elle trouver un épanouissement et une jouissance dans ce rabaissement ? Ce sont toutes ces questions qui m’ont ligoté tout au long de ces chapitres. Des réponses à cette histoire d’amour ? J’ai douté par moment ! Trop de soumission tue la soumission. Nous ne sommes plus dans un jeu érotique mais bien dans la torture physique et morale. Leur duo  SM ne m’a en rien dérangé, nous avons tous, à un degré différent, un petit coté sado-maso, mais une telle obéissance et abandon de soi  à la domination et à l’humiliation, je dis STOP !

Beaucoup de passages m’ont touché. Cette adoration qu’elle lui porte sans rien demander en retour ou si peu. Je rejoins l’idée que par Amour nous sommes capables de franchir l’impossible.
Mais je pense qu’elle va trop loin dans la soumission et notamment dans l’humiliation et la douleur.
Il y a une limite à ne pas franchir, et là j’avoue ne pas comprendre.
Mais faut-il comprendre ? Ne faut-il pas juste l’accepter …

Comme je ne saisis pas ce qu’il aime en elle, ce qu’elle peut lui apporter, alors je ne cherche plus à comprendre, j’accepte et je plonge dans ce roman à ses côtés. Je rentre dans leur jeu, un monde inconnu, une autre forme de romance dans un univers gothique et de perversité. J’observe un peu gênée. Je déambule, avec curiosité, dans ces couloirs sombres et libidineux et je m’interroge : Jusqu’où suis je capable d'aller par Amour ?

« Dans le ciel au-dessus de ma tête, une multitude d’étoiles scintillent en silence. Je suis heureuse. Heureuse à en avoir le souffle coupé, comme si j’allais mourir étouffée ».



20 commentaires:

  1. Mouais...Je resterai fidèle à ce que je t'ai dit la dernière fois.
    Les jeux sado-maso, les perversions, les fantasmes les plus gores, les défonce-moi et les encore encore les pratiques avilissantes, les enchaînements, bondages, plugs anals, tortures sexuelles en tous genres, ok, très bien, bravo, j'applaudis si ça peut faire plaisir à ceux qui les pratiquent.
    Mais de grâce, pourquoi utiliser le mot "Amour" qui n'a rien à faire là.
    Ce glissement de sens, cet abus de langage, a ouvert la porte à toutes les ignominies, tous les abus. Qui aime bien flagelle bien ... amour mon cul (si j'ose me permettre d'emprunter à la Zazie de Queneau cette expression aussi triviale qu'imagée)
    Non, on n'est pas obligé d'accepter toutes les soumissions par "amour" et ce n'est pas aimer quelqu'un que les lui infliger, même avec son consentement.
    Pour moi, l'amour c'est bien autre chose...mais je dois être gravement vieux jeu... :-)
    Bisous ma belle
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non tu n’es pas gravement vieux jeu mais en revanche tu es gravement sincère et vraie ma chère Célestine et quel plaisir de te voir sortir de tes gonds :D .

      Tu sais que j’ai pensé à toi en écrivant mon billet ! ;-) Je me suis dis : «Ca, ça ne va pas plaire du tout du tout à Célestine » :D Et tu as bien raison !
      Je vais t’avouer un secret, mais c’est en lisant ce livre que j’ai appris ce qu’était un plug… me voilà en train de chercher sur internet et gourdasse que je suis, maintenant je reçois des tas de pub. Ptdr ! Mais à ce jour je n’ai pas encore bien compris l’intérêt de cet objet ^^ mais je suis peut-être vieux jeu. ;-)

      Tu sais, je peux comprendre que certaines personnes ont ce besoin d’aller de plus en plus loin dans l’acte sexuel, mais la question qui se pose est : où s’arrête les limites de l’un de l’autre ? mais en revanche contrairement à toi je suis convaincue que beaucoup de femmes et d'hommes s’adonnent à ces pratiques tout simplement pour faire plaisir à leur partenaire donc par Amour.

      Bisous ma Blue-Célestine ;-)
      <3

      Supprimer
    2. Merci pour cette longue réponse.
      Il faut croire que tu me connais bien, je suis une Vénus de la vieille école, j'aime l'amour cosmique, tantrique, charnel, sensuel, léger, doux, agréable, joyeux, jouissif et jubilatoire. Je sais très bien où sont mes limites, et ce que je ne suis absolument pas prête à faire par amour. Perdre ma dignité, par exemple. Voilà pour répondre à la dernière question de ton billet.
      Bisous chère Cristina.
      belle fin de soirée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Très bonne réponse et je te rejoins dans cette idée.

      Bisous tout plein :D

      Supprimer
  2. J’pense que comme toi j’me serais posée des questions en lisant ce roman, en premier, jusqu’oὺ peut-on aller en amour tout en se respectant soi-même? A partir de quelles limites l’amour est une soumission plus qu’un épanouissement? Doit-on tout accepter? Moi je ne crois pas. A partir du moment oὺ il passe par l’acte de pouvoir au détriment du partage, par l’humiliation au lieu du respect, par le rabaissement, la domination, la torture physique et morale... moi aussi je dis STOP! Est-ce de l’amour quand un seul des partenaires se sent épanouis?

    J'pense que ces romans nous aident à réfléchir à ce que nous acceptons ou non pour soi-même. C’est déjà beaucoup...

    Merci d’avoir partagé ton ressenti avec nous ma Douce <3
    J’dépose sur ton cœur une pluie de gros bisous doux slurpppp XXX

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi et Célestine avez entièrement raison; : respecter les limites de l'autre. C'est ce qui m'a dérangé dans ce livre et qui a fait perdre toute crédibilité à l'histoire. Elle dit être plus qu'humilié dans des situations que je considère inacceptables et malgré cela elle jouit et en redemande...

      Mais néanmoins une histoire qui m'a tenu de bout en bout.

      Je t'embrasse fort ma Nadine <3 <3 XXX

      Supprimer
  3. L'amour ou l'Amour, c'est différent pour chacun.
    Il ne faut ni se forcer, ni se censurer, mais faire selon ses envies et surtout se faire plaisir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se faire plaisir et faire plaisir c'est le plus important !
      Viens là que je te fasse un gros poutoU ! <3 ;-)

      Supprimer
  4. Pas mon truc la soumission. Et 7 ou 8 orgasmes d'affilée, sérieux ? Clairement c'est de la SF. Avec moi en tout cas, personne n'a jamais dépassé les 5...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 5 !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Quand même !!!
      Dis moi tu as une sacré santé toi !
      C'est quoi ton secret ? ;-)
      Bisou Jérôme ... sur ta joue :)

      Supprimer
  5. L'amour est comme le rire. C'est un réflexe contre lequel on ne peut rien.

    Thierry Cohen
    Moi j'adore quand il y a du rires et beaucoup de joie dans ces tout petit plus jolis moments de la vie...
    Pas de soumission ni appartenance (Beurk le titre: Devenir Sienne)...l'avilissement sous toutes ses formes me fait horreur
    On s'aime oui...on ne s'appartient pas...

    https://www.youtube.com/watch?v=HgsVIg-kFFM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dirait ma petite philosophe en herbe Mathilde : Rien ne nous appartient, sauf ce qui ne peut se détacher de nous.

      Une jolie parenthèse ce J.J.G, que je ne connaissais pas ^^

      Soumission, appartenance, domination, un livre qui néanmoins soulève un grand débat dont le fond du sujet est toujours le même depuis la nuit des temps : Le Bonheur, l'Amour par tous les moyens ...

      Bisous Jacky et merci pour ce partage ;-)

      Supprimer
  6. Sceptique je suis... J'aime bien le titre pourtant...!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas sur que tu supportes mais je peux me tromper :)

      Supprimer
  7. N'est-ce pas la plus belle, la plus grande histoire d'amour jamais lue ? Bon OK, elle va trop loin dans la soumission, il va trop loin dans l'humiliation. Bon OK, cette dignité qui s'effiloche au fil des actes soit-disant sexuels de plus en plus poussés dans l'abject va au-delà de la compréhension. Je ne comprends même plus. N’empêche que j'ai adoré ce roman d'Amour et de perversion, même si je suis à des années lumières de ces pratiques délirantes.

    Je remarque que j'ai un point commun avec Jérôme, je me limite moi aussi à 5. Bon OK, peut-être 5 et demi :D

    N'empêche qu'au delà de la surenchère de violence, il y a quelques moments de grâce, et d'un vrai grand Amour avec la majuscule, entre des séances de fouet. Et ce roman, malgré l'abondance de scènes répétitives, oh ah oui, dans le cul aussi, jamais on ne s'en lasse parce que la plume est nettement plus digeste que dans certains romans à caractères érotiques. Une véritable écriture, avec un sens de la mise en scène. C'est même mieux qu'un porno pour intello à lunettes (oui à mon âge, je dois porter des lunettes), c'est un putain de roman d'Amour que l'on commence sur un quai de gare avant de se mettre à genoux à l'arrivée du train.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirai que c’est un sacré roman sur le sadomasochisme. J’ai ressenti beaucoup d’Amour, d’attente, de manque, de sa part à elle, mais je me pose encore la question du comment a-t-il pu lui infliger autant d'humiliation ? Et pourquoi accepte-t-elle ? Sans vouloir dévoiler la fin comment a-t-il pu la regarder se donner et se faire prendre sans la moindre once de jalousie ou de regret ? Qu’ils s’adonnent à des jeux érotique et de sadisme entre eux pourquoi pas, mais qu’il la jette en pâture à ce pervers de Hantz ! N’a-t-il pas eu peur de la perdre ?
      Elle agit par Amour mais lui quel plaisir il ressent ? J’ai été dépassé par les sentiments étouffés de cet homme, c’est ce qui m’a tenu tout au long du bouquin.
      Quelques moments de grâce oui, quand il lui offre quelques instants de tendresse mais j’étais dans cette crainte : Va-t-il lui demander d’aller encore plus loin ?
      J’adorerai lire ce même livre sous le point de vu masculin,
      En conclusion, l’histoire d’un homme et d’une femme qui se sentent vivants dans les bras l’un de l’autre.

      Plus de 5h ! Mazette :D Je peux avoir ton 06 ;-)

      Rohhhhhhhh ok je sors :)

      Supprimer
  8. J'aime ton billet et les réponses qui suivent. C'est intéressant de voir les conversations qu'un livre peut susciter.
    Bon W.E. FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'aime quand ça soulève des débats. Ça fait aussi parti du partage.
      Bon W.E à toi aussi Flaure ;-)

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...