samedi 15 juin 2019

FLEUR DE L'OMBRE


Kazuo KAMIMURA - 1976  
Manga intégrale 1

Les Editions : KANA
Collection Sensei
Pour public averti

Masse Critique Babélio



« Même la solitude à elle seule rend capable d’aimer » 

Je m’appelle Sumire, j’ai 20 ans et je suis vendeuse dans un grand magasin tokyoïte. Il m’arrive parfois … souvent … d’accepter les invitations lubriques de certains clients. Boire un café après mon service, mais pas que…

« Accordez-moi, voulez-vous, un petit moment de caprice et de liberté » 

Oui, je me prostitue. Je suis consciente de mon pouvoir de séduction et cet avantage m’offre une grande liberté et un joli train de vie. Je décide de qui et quand. Et nul n’a le droit, en vérité, de me blâmer, si ce n’est moi même.

Je suis le fruit d’un amour défendu. Ma mère vient de se suicider, triste et lasse d’avoir attendue en vain, son amour de toujours, un homme marié. Que le ciel m’en soit témoin, je jure de ne jamais succomber aux abysses de l’amour. Ma mère fut une femme de l’ombre. Je le serai à mon tour mais uniquement par désir. Je refuse de dépendre d’un homme. Je monnaye mes charmes pour garantir ma liberté et lutter contre le machisme. En échange, j’offre un peu d’attention, des mots, du sexe et parfois même du silence. 

« Le noir sied à merveille à une prostituée » 

Kazuo KAMIMURA nous dresse le portrait d’une femme émancipée et indépendante dans le Japon des années 70 où la gente féminine est contrainte au seul rôle de femme au foyer. Sumire, dépourvue de sentiments, assume totalement son statut de femme entretenue et revendique son choix de vie. Elle échappe ainsi à la condition des femmes soumises. 

Elle porte en elle le chagrin de sa mère disparue ainsi qu’un esprit cruel et vengeur. L’auteur crée une atmosphère malaisante et une héroïne au calme désarmant.  Je suis fascinée par cette femme et ses nuances de gris qui préfère l’ombre au soleil pour éviter de faner trop vite. 
Dans sa froideur et son mutisme protecteurs, on cherche la faille, le moment du lâcher prise car peut on se protéger de la nature humaine et de ses propres sentiments ? En réalité, vendre son corps et son âme, n’est ce pas déjà un acte de soumission ? Une vie par procuration ? 

« Laisse… Rentre donc. 
Tu chies un coup, une branlette et dodo ! 
Ça t’reviendra moins cher… » 


Les états "Dame" de Sumire, Fleur de l’Ombre … 
« Pourtant j’étais très belle, oui j’étais la plus belle, des fleurs de ton jardin » F. Hardy



Un grand merci à Babelio 
et les éditions Kana pour cette immersion au pays du soleil levant. 




15 commentaires:

  1. Tu poses les bonnes questions...je ne crois pas à la soi-disant liberté des prostituées...
    Je rêve d'un monde où ce genre de rapports de forces entre humains n'existera plus.
    Oui je sais, je rêve...
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis entièrement d'accord avec toi, j'ai eu du mal à croire à cette liberté que Sumire revendique, mais peut-être que dans le tome 2 et fin il y aura t il un changement de sa part ?

      Oui il nous reste encore ce droit de rêver ;-)
      Profitons en ! :D
      Bisous Blue !

      Supprimer
  2. Merde... quand je pense que je suis constipé... heureusement, il me reste la branlette et le dodo...

    RépondreSupprimer
  3. la solitude même rend également capable d'aimer, seul dans son bout de terre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre commence par cette citation et j'ai été séduite de suite... :)

      Supprimer
  4. Un mangaka incontournable pour moi, il a marqué de son empreinte toute la production des années 70 au Japon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me tarde de découvrir d’autres livres de cet auteur !

      Supprimer
  5. Un sujet et un point de vue qui interrogent forcément...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui ... et comme tu sais j’aime ce mélange de sentiments

      Supprimer
  6. j'adore ta photo ! ma moitié m'a offert ce manga que je n'ai pas encore lu. J'ai presque tout lu de ce mangaka que je vénère !!!! Des sujets tabous pour l'époque au japon...c'est souvent très dur, ça bouscule...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j’aime cette contradiction entre littératures et réalité pour l’époque c’est osé oui !

      Supprimer
  7. Coucou,
    Un genre de lecture que je n'apprécie pas mais heureuse de te faire ce petit coucou et te souhaiter une belle semaine, FLaure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Flaure de ta visite. Belle été et à très vite :)

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...