dimanche 26 octobre 2014

Le restaurant de l'amour retrouvé

Ito OGAWA

Traduction : Myriam Dartois-Ako
Les éditions Philippe Picquier
2013





« Chaque gorgée faisait s'épanouir une prairie fleurie dans mon corps. Je ne m'imaginais pas encore très bien ce qu'était le paradis, mais si, à ses portes, on m'offrait ne serait-ce qu'une gorgée de ce champagne, j'y resterais sûrement pour l'éternité. »

Jamais un roman ni un livre de recette digne d’un grand chef étoilé n’avait autant excité mes papilles gustatives. Un florilège d’arômes vous enivre durant la lecture, vous met en appétit et embaume votre cœur. Les descriptions culinaires y sont si bien décrites que chaque page vous met l’eau à la bouche.

Ce roman ne parle pas de cuisine à proprement parlé mais d’une histoire d’amour entre Rinco, une  japonaise de 25 ans, et sa passion pour l’art culinaire qui guérit de tout. A la suite d’une déception amoureuse Rinco perd sa voix.

« … Ma voix était devenu transparente... Elle avait purement et simplement disparu de mon organisme. Comme quand on baisse le volume de la radio à zéro. La musique et les voix vibraient en moi, mais rien ne sortait. J’avais perdu ma voix. Ca ne me manquait pas. J’avais l’impression que mon corps s’était allégé. »

C’est avec une jarre de saumure héritée de sa grand-mère, comme seule compagne de voyage, qu’elle quitte tout pour retrouver son village, sa terre natale qu’elle n’a pas revue depuis 10 ans. Un retour en arrière qui la replonge dans un passé douloureux, vers un avenir incertain et une mère dépourvue de tout sentiment.

« Ma mésentente avec ma mère était précisément cette boue en moi, mais si je demeurais sereine, elle ne salirait pas tout mon cœur. Donc, je faisais en sorte d’éviter ma mère le plus possible. En un sens, je m’appliquais à ignorer sa présence. J’étais convaincue que c’était là le seul moyen de garder le cœur pur. » 

Pourtant ce retour aux sources sera le début d’une rencontre, d’une thérapie, d’une douce vérité qu’elle était loin d’imaginer. Rinco sera bercée par le souvenir bienveillant d’une grand-mère qui lui a transmis l’amour d’une cuisine chaleureuse et salvatrice. De l’autre subsiste le regard amer d’une mère froide et frivole qui a bien des égards la conduira au sommet de son art.

Un premier roman prometteur devenu un best-seller au Japon. C’est toujours avec surprise et émotion que je découvre la littérature et la culture japonaise. Il en découle toujours une humilité et  une sagesse qui me fait du bien.  L‘écriture d’Ito OGAWA est lyrique et enchanteresse. Quand elle décrit les mets sur la table dressée, c’est un pur moment de poésie me faisant monter les larmes aux yeux. On y découvre la place prépondérante de la gastronomie dans la culture japonaise, un lien important dans la tradition nippone et un trait d’union entre les hommes et les femmes. 
Un bon plat mitonné avec amour sauve de tout. 
 
Le restaurant de l’amour retrouvé, une pincée de sincérité, un zest de passion, une bonne dose d’amour et de désir pour un livre qui se savoure et vous laisse une douce et délicate saveur sur le palais !

Mot de faim :

« Un repas, c’est parce que quelqu’un d’autre le prépare pour vous avec amour
qu’il nourrit l’âme et le corps »


Post-it

Je te remercie Lydie de m’avoir ouvert les portes de ce restaurant Japonais « L’escargot ».  A travers ce livre j’ai pris le temps de me pauser, savourer le temps et déguster ce moment de poésie. Je tiens à te remercier également de m’avoir ouvert grand les portes de la médiathèque de notre si joli village. Merci pour ces cafés et tes CARenSAC qui guérissent de tout.

Je ne pouvais clore ce billet sans une petite pensée chaleureuse pour ta Grand-mère qui comme celle de Rinco t’a transmit l’amour de la vie et de la poésie.    

********************************




18 commentaires:

  1. Ton enthousiasme communicatif conforte l'envie que j'avais déjà de découvrir ce roman...
    Et bravo pour les extraits choisis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'avais dû écrire tous les extraits qui me plaisent, j'aurai recopié tout le livre !
      C'est bientôt le moment d'écrire ta lettre au Père-Noël ^^ qui sait ;-)

      Supprimer
    2. Moi, je mets tous mes voeux dans la Mère-Noël mais heureusement que je ne lui écrits pas tous mes désirs...

      Supprimer
    3. petit matin
      Toute nue dans mes grands souliers
      Placés devant la cheminée
      Pas besoin de vous faire un dessin

      De battr' mon coeur s'est arrêté
      Sur le lit j'ai jeté mon fouet
      Tout contre elle je me suis penché
      Et sa beauté m'a rendu muet ...

      https://www.youtube.com/watch?v=8i6-EcyxoHE

      :D

      Supprimer
  2. J'avoue que j'ai du mal avec la littérature japonaise... Il faudra que je retente quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai découvert la littérature japonaise il n'y a pas très longtemps et j'ai été agréablement surprise!

      Les livres c'est comme les restos : il y en a des bons et des moins bons ;-)

      Supprimer
  3. C'est TOUT ce que j'aime ça...je le met sur ma liste des cadeaux de Noêl...sourires...
    Des bisous...pleinsssssss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allo!!! Papa Noël siouplait !! ... sourires...

      Bon retour Jacques ! Quel plaisir de te retrouver !!!

      Pleinsssss... des Bisous :D

      Supprimer
  4. Je ne pratique pas assez cette littérature et pourtant quelque chose me dit qu'elle me plairait ...
    Bisous Cristina !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense effectivement que tu ne serais pas déçue :D

      Bisous jolie Cristie !

      Supprimer
  5. Tu m'as mis l'eau à la bouche, c'est dire que je ne suis pas farouche... Mais voilà un livre qui me tenterait bien, que je suivrai au gré du courant, dans le lit du torrent, ou à un table de restaurant.
    Bon c'est pas tout ça mais tu m'as donné faim. Et si j'allais me chercher un Kebab ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roooohhhhhhh Bibisoooonnnnnnnnn !!! Je te parle de nourriture de l'âme et toi tu parles de kebab Tttttssssss

      Il va te falloir des cours culinaire toaaa hein ?!! ça ne va pas du tout ! Tiens je suis sur qu'en cours tu étais tout au fond, dernier rang dans le coin. Surtout ne pas se mêler aux autres... :D

      Kebab ... Sauce blanche ou harissa ? ;-)


      Supprimer
  6. Tu m'a mis l'eau à la bouche à moi aussi. Et contrairement à certains, je ne me laisse pas facilement apprivoiser ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je t'en prie ne sois pas farouche
      Quand te vient l'eau à la bouche..." ;-)

      Laisse toi porter par ces douces saveurs... tu aimeras j'en suis sure

      :D

      Supprimer
  7. Ma belle Cristina, si tu savais à quel point j’ai aimé ce roman… <3
    Cette lecture m’a fait tant de bien avec ses mots d’amour et ses sentiments vrais. Et qu’elle écriture… toute en douceur, en caresses, en odeurs, en parfums, en retrouvailles… J’ai été touchée au-delà de tout par la relation entre Rinco et sa mère. J’ai versé quelques larmes à certains passages tant j’étais émue par leur beauté. C’est d’une tendresse, une vraie caresse pour l’âme...
    Merci mille fois encore <3
    Pleins de p’tits et gros becs sur le bout de ton nez xxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, c'est un livre tout en douceur qui fait du bien à l'âme, c'est pour cela que je voulais le partager avec toi.
      Merci à toi de ce si joli billet et de m'avoir fait confiance.

      Love U <3

      xxx ;-)

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...