jeudi 19 février 2015

Dans ses yeux / El secreto de sus ojos


Film Argentin/Espagnol 
de J.J CAMPANELLA

Date de sortie : 2009
127 mn
OSCAR 2010 du meilleur film étranger 














Action !
Gros plan sur son regard.
Arrêt sur image.



Deux mains  se rejoignent, séparées par le hublot d’un wagon qui démarre. Deux cœurs esseulés. Il court jusqu’en queue de train et voit la silhouette, de son amour perdu, devenir minuscule dans ses yeux,  mais de plus en plus immense dans son cœur.


 Coupez !

Un quai de gare peut être un lieu de bonheur infini comme un lieu de tristesse et de solitude absolue. Tout dépend si le soleil se lève, ou se couche.

« II se souviendra toujours de la saveur de la confiture de groseille, l’imprimé à fleurs de sa chemise de nuit, et surtout, son sourire. Ce sourire du petit matin qui se mélangeait au rayon du soleil qui caressait sa joue gauche, et qui  … »

Voici les premières lignes du roman de Benjamin Espósito, protagoniste de ce thriller. Son histoire est inspirée par un fait divers survenu en 1974. Une jeune femme est violée et abattue sauvagement à Buenos Aires. Un meurtre dans une Argentine à feu et à sang, déchirée par la violence, la crise, les émeutes et la torture. Un pays en pleine répression dans ses années les plus sombres.

Benjamin, retraité du tribunal de justice profite de l’écriture de son roman pour revenir sur les traces de cette histoire qui l’obsède depuis toutes ces années. Il veut se libérer de ce souvenir : un dossier sur lequel il avait travaillé, mais dont l’enquête avait été rapidement classée par un avocat véreux et corrompu. Ces recherches le ramèneront sur les pas de  sa supérieure hiérarchique, Irène, qu’il aime secrètement depuis 25 ans, d’un amour incandescent et passionnel.

Comment ai-je pu passer à côté de ce film de Juan José CAMPANELLA.  Le duo Ricardo Darin/Soledad Villamil fonctionne à merveille. Le second rôle, interprété magistralement  par Guillermo Francello, est bouleversant de vérité et reste à mes yeux la meilleure distribution de ce long-métrage. J’ai cette chance de pouvoir regarder ce film en V.O et ainsi profiter de toute la nature du dialogue et des merveilleuses répliques dans la langue de Don Quichotte. Les plans caméra sur les yeux nous ensorcellent et se passent de toute traduction et commentaire.

Ce n’est pas l’Argentine de la pampa… Et la dictature argentine est beaucoup moins glamour qu’un regard andalou écoutant le plus célèbre tango de Carlos Gardel. Mais il s’en dégage une ambiance lourde de sentiments et de sensualité à travers les jeux des regards. Le tout divinement mis en valeur par la musique  de Federico Jusid et Emilio Kauderer

Ce n’est pas le plus grand film jamais vu. Non, juste un bon thriller romanesque. Mais pourquoi donc un tel film ? Parce qu’il se passe parfois beaucoup de choses dans les yeux de quelqu’un. Beaucoup de sentiments dans le regard de l’autre. Et puis il y a Ricardo Darin… Je suis une aficionada de Ricardo comme d’autres peuvent l’être de Javier Bardem ou de Penelope Cruz.  J’aime le regarder, j’aime quand il me regarde. Et pourtant je ne regarde pas souvent les gens… Mais il est différent et j’ai cette envie, ce désir, de le regarder dans les yeux. J’adore cet acteur Argentin (bon ok, je crois que c’est le seul que je connaisse) mais il y a quelque chose dans le bleu de ses yeux, une aura qui  transperce la pellicule et qui me touche. J’aimerai  me noyer dans cet azur, un regard  pénétrant  qui me bouscule.
   
Et puis cette «Joder*» de machine à écrire, en panne d’une lettre, une seule et unique voyelle qui ne peut se graver sur le papier 
« TE  MO »
« JE CRAINS  »

et tout le sens en est modifié.



Te (A)mo - Je t'Aime

« Dans ses yeux », une seule lettre vous manque et tout est dépeuplé !






Mes post it  :

« El "pero" es la palabra más puta que conozco -. "te quiero, pero…" ; "podría ser, pero…" ; " no es grave, pero… ". ¿Se da cuenta? Una palabra de mierda que sirve para dinamitar lo que era, o lo que podría haber sido, pero no es. »

« Le "mais" est le mot le plus pute que je connaisse-. "Je t'aime, mais..." ; "cela pourrait être, mais " ; " ce n'est pas grave, mais..." Vous vous rendez compte ? Un mot de  merde qui sert à  faire exploser ce qui était ou ce qui aurait pu être, mais qui n'est pas  »


« El tipo puede cambiar de todo. De cara, de casa, de familia, de novia, de religión, de Dios. Pero hay una cosa que no puede cambiar . No puede cambiar de pasión. »

« L'homme peu changer de tout. De visage, de maison, de famille, de fiancée, de religion, de Dieu. Mais il y a une chose qu'il ne peut changer. Il ne peut changer de passion. »

*Putain  
Va a ser complicado.
 No me importa
 Cerrá la puerta.
******** The End ********

8 commentaires:

  1. Tu en parles très bien de ce film, vraiment ça donne envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, parce ce que c'est un beau film et une belle surprise. J'ai aimé l'histoire, l'interprétation et les plans serrées sur les visages.

      Et puis j'ai adoré ce second rôle

      A voir et à revoir ... :)

      Et puis ses yeux bleus ... Au secooooouuuurssssss !!!!

      Ricardo si tu m'entends ...

      Supprimer
  2. Je connais pas du tout. Cool. Ca devrait me plaire. C est à mon tour de te remercier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et toi qui est un grand cinéphile tu ne pourras qu'aimer !
      Thriller, Romance et suspens au rendez-vous !

      Alors Bon Film & Bon dimanche ;-)

      Supprimer
  3. Cette première image est magnifique. Un homme, une femme, un quai de gare... Toute une histoire.

    Un très beau film, une romance même et cela même si la dictature argentine est en toile de fond. Beau billet qui me donne envie de le revoir de nouveau, avec d'autres yeux (et pourtant, j'ai revu ce film il n'y a pas si longtemps).

    Et puis, il se passe tant de choses, de sentiments que l'on ressent juste en regardant la profondeur de leur regard. Un peu rageant, même. Parce que ces deux là s'aiment, une évidence. Mais ils n'ont jamais osé, différence d'âge, différence de classe sociale, différence hiérarchique. Un peu dommage de passer si près d'un grand amour juste parce que l'on n'ose pas se l'avouer.

    Et puis comme tu le dis, il y a Ricardo Darin. Je regarde tous ses films ! Tu crois que j'en suis tombé amoureux. Putain, ça me fait peur... Ça crains même. Temo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais NON tu ne « Te mo » pas du tout ! :)

      Nous avons tous une part de féminité et masculinité en nous. Disons que ton coté féminin resurgi fortement dans le bleu de ses yeux. Et puis comment peut-on résister à un tel regard ? Hombre, es imposible !

      25 ans pour se rendre compte, c’est long, c’est du temps de perdu, mais peut être nécessaire, pour que cet Amour soit pérenne et fort, qui sait ?
      Et puis toujours ces préjugés qui étouffent et dictent nos désirs et nos vies… « Joder » ^^

      Oui un très beau film, pas le plus grand, mais la vache, Darin/Villamil quel Duo ! Quelle sensualité !
      Et le regard de Villamil por Dios !
      Là , c’est mon côté masculin qui ressort fortement, Te mo ! ;-)

      Supprimer
  4. J'avais beaucoup aimé ce film surtout pour la fin qui m'avait surprise. Je ne m'attendais pas à cela. Je n'avais rien vu venir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi, je ne m'y attendais pas, même si un peu avant la fin on commmence à comprendre dans le regard...

      Une enquête bien ficelé et une belle romance :D

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...