mercredi 16 octobre 2013

La Mélodie de Jenny

Tsukasa Hojo

Masse critique Babelio

Editions Ki-oon
2013

 
 
 
L’Empire du soleil levant, terre de l’honneur et de la mère patrie. Nous voilà plongés au cœur même du Japon dans la tourmente de la guerre. Une culture et un pays qui me sont complètement étrangers. Mais voilà qu’à travers ces trois petites histoires, je comprends peu à peu ce qui fait l’empreinte de cette nation aux caractéristiques si strictes et si humbles à la fois. Ces moments de l’histoire nippone, durant cette sombre période, nous expliquent les valeurs et les coutumes de ce pays. Les japonais ont une seule règle «le devoir de vivre et de construire l’avenir du Japon» quel que soit le sacrifice, le plus cher étant de le payer de sa propre vie mais toujours avec fierté et patriotisme.
 
1er destin :
C’est une mission sans retour que devra honorer Junpei, 16 ans, « Aux confins du ciel ». Durant Pearl Harbor, il rejoint l’armée japonaise comme son frère et comprend très vite que pour servir son pays, il doit intégrer une unité kamikaze. Un aller simple pour ce bon samouraï qui respectera jusqu’au bout son uniforme et le blason de son pays.
 
2eme destin :
«La mélodie de Jenny», une rencontre fabuleuse et tragique à la fois entre quatre enfants japonais qui s’échappent d’un centre de Nagano et vont croiser au hasard de leur chemin un prisonnier américain. L’amitié se révèle parfois surprenante.
 
3eme destin :
1935 aux états unis. Hideo est le lanceur vedette de l’équipe japonaise de Base Ball. Il affronte l’équipe adverse. Son jeu impressionne les américains qui voient rapidement en lui leur futur champion. Ils veulent le garder comme leader, mais c’est le début des hostilités entre les U.S.A et le Japon. Pour Hideo, son « American Dream » s’amenuise au fur et à mesure que les relations entre les deux pays se dégradent et qu’un sentiment antijaponais plane.
 
Trois destins marqués par les caprices de l’Histoire qui nous en apprennent beaucoup sur un épisode émouvant et terrible du Japon.
Un manga, aux illustrations fluides et expressives, une écriture touchante mais qui souffre d’un manque de profondeur, sans doute amplifié par le fait que ce petit recueil regroupe trois histoires. Néanmoins un manga très intéressant pour un jeune public et qui m’a donné envie de suivre le travail de l’auteur, Tsukasa Hojo et de découvrir encore un peu plus le Japon.
 
«La mélodie de Jenny»
une douce musique mêlée à un défilé d’images
qui saura toucher votre âme et votre cœur.

 
Un grand merci à Babelio et aux éditions Ki-oon pour cette jolie lecture.


« Que vous aimiez Livres scientifiques. ou
Babelio vous invite toute l’année à découvrir des nouveaux livres. et à partager vos critiques de livres.
 en allant sur Babelio.com.




 

10 commentaires:

  1. Un manga qui avait été édité une première fois il y a fort longtemps (en 1998 je crois). Je l'avais lu à l'époque et j'avais beaucoup apprécié.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ben tu me l'apprends :)

    J'ai beaucoup apprécié aussi mais frustrant car les histoires sont courtes et finalement on a envie de rentrer plus dans le détail historique et dans la profondeur des sentiments, mais belle découverte. :D

    RépondreSupprimer
  3. Je ne maitrise pas vraiment les mangas japonais (à part les Jiro Taniguchi) mais il est vrai que la littérature japonaise contemporaine a fortement été marqué par cette seconde guerre mondiale. Les kamikazes qui se sentent les reflets des samouraïs d'antan.
    Ces bombes atomiques qui déchirèrent un peuple et sa génération future pendant des années (lire Kenzaburo Oé). Ce sentiment entre désespoir et résignation se retrouve maintenant dans l'après Fukushima.
    Cette occupation nord-américaine après la défaite qui marqua beaucoup les esprits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je découvre depuis peu les mangas avec Taniguchi et pour dire vrai je connais rien en littérature japonaise mais Taniguchi et Tsukasa m'ont donné grandement envie de découvrir les romans japonais. Justement j'ai acheté à Emmaus cet après midi un Yasushi Inoué et Ryû Murakami. Les mangas ont du bon...

      Je note pour kenzaburo et m'en vais me promener dans tes grandes prairies :)

      Supprimer
  4. La frustration peut parfois avoir du bon... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi qui suis une grande frustrée de belles choses m'attendent quelque part... :)

      Supprimer
  5. Je regarderai si je le trouve à la bibli. J'aime lire des mangas de temps en temps et là je suis à court !

    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Je l'avais noté celui là...mais avec ton avis mitigé....
    Bon pas un achat donc...mais s'il est dispo à la bibli, pourquoi pas...

    Des bizouillles...pleinsssssss

    RépondreSupprimer
  7. Oui n'hésite pas et puis il se peut que tu apprécies vraiment ... ce n'est que mon avis, c'est à dire pas grand chose ;)

    RépondreSupprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...