lundi 13 avril 2015

Au théâtre ce soir II

Big Apple

Auteur : Isabelle Le Nouvel
Artistes : Marianne Basler, Christophe Malavoy
Metteur en scène : Niels Arestrup









« Combien de fois dans une vie a-t-on le courage 
d’Être soi-même ? »

Des artistes de talents présents ce soir. Un duo de pointure,  Marianne Basler, divine, dans le rôle de Syst, une femme au bord de la rupture et Christophe Malavoy, authentique, interprète Brod, un homme en rémission mais pour combien de temps ? Ces deux comédiens incarnent avec justesse et sensibilité des personnages graves et fragiles autour de thèmes universels comme le couple, l’amour et la vie. Une pièce de théâtre prenante, de qualité, sous le signe de l’émotion, mise en scène par Niels Arestrup. 

Ce drame est porté admirablement sur la scène. Le sujet est tellement cruel que l’on est en apnée. On guette la moindre fissure, l’échappatoire qui nous permettra de reprendre notre souffle. Les répliques nous frappent, le contenu nous marque, aucun répit pour les cœurs sensibles. Les scènes sont entrecoupées par de la musique au bandonéon et piano qui ajoute une certaine lourdeur et tragédie à l’histoire, celle d’un couple usé par le temps, la routine, mais l’annonce de l’issue fatale pour Brod va les rapprocher. Au départ, ce couple s’agrippe à un mensonge puis dans un second temps, ils vont se révéler à nouveau l’un à l’autre, à travers le sens du mot aimer, l’urgence de vivre et la préparation d’un rêve, leur ultime voyage à New York, le dernier avant, avant le néant…

« Que faire du temps qui reste, des erreurs passées, des erreurs à venir, des chances que l’on n’a pas su saisir ? »

Le corps de Brod s’amenuise et sa vie fou le camp mais jamais il ne s’était senti aussi vivant. Il se voit différemment depuis qu’il sait qu’il glisse vers l’ailleurs. Puis il y a Syst, son épouse, qu’il redécouvre et regarde à nouveau. Ils arrivent à être dans l’instant à chaque minute et tous deux vont entrechoquer leurs petites solitudes dans un dernier tour de manège.




Big Apple, plus le départ approche moins on a envie de partir… 



**********Vivre l'instant************

6 commentaires:

  1. Cela ne fait pas très longtemps que je vais au théâtre, peu attiré au départ par les prix de la Capitale. Mais, depuis que j'ai découvert cette proximité avec les acteurs, cela devient un plaisir de sortir. Même si les fauteuils sont si inconfortables dans ces théâtres d'un autre temps.

    T'ai-je déjà fait écouter le bandonéon de Dino Saluzzi ? Je ne crois pas... Un argentin des hauts-plateaux.

    https://www.youtube.com/watch?v=9TEyBOdGo4U

    Avec cette musique, je me crois en Argentine, entouré de belles argentines aux longues jambes, brunes et épicées, m'emmenant dans la chaleur d'un tango. Mon cœur sensible va lâcher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai pensé la même chose en m’asseyant au théâtre avec mes grandes jambes j’étais un peu coincée mais par chance une place devant était libre, un employé du théâtre est venue discrètement me voir et il m’a dit que si ça m’intéressait je pouvais passer tout devant, et hop pour 35 € j’étais bien placée.


      Mais pour cela il faut avoir des jambes douces et un grand sourire ;-)

      Non je ne crois pas connaitre ce Dino. Je connais cet instrument depuis toute petite par un des plus grands des bandonéonistes au monde Astor Piazzolla. Je trouve que c’est un très beau son mais très triste … En regardant la pièce de théâtre j’ai pensé à Astor… comme quoi les souvenirs lointains marquent.

      Merci de ce partage ... très beau :)

      Supprimer
  2. Il en passe du beau monde dans ton bled ! ^^
    Merci de nous faire si bien partager ce beau moment...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben qu'est ce que tu crois !

      J'ai raté Francis Huster au théâtre l'année dernière, mais j'ai quand même eu droit à une entrevue avec lui dans ma librairie où il signait son nouveau livre ;-)

      Merci mon manU <3

      Supprimer
  3. Quelle belle soirée! :D

    Une soirée dont on doit sortir chamboulée, mais remplie de beaux questionnements. Le couple, l’amour, la vie, l’usure du temps, c’est déjà beaucoup… Et « l’urgence de vivre », avant tout! Merci de nous en avoir parlé..

    P’tits becs ma Rousse ^^ xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très belle pièce qui plombe l'ambiance. Une grande remise en question quand tu sors de là effectivement...

      On en revient toujours au même : on attend souvent qu'il soit trop tard, quitte à mourir étouffé par les regrets ...

      Un gros baiser petite Nadine :D

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...