mercredi 8 mai 2013

LE JOURNAL DE MON PERE

JIRÔ TANIGUCHI

Edition Casterman
Ecriture I
275 pages

 

Au  nom du Père…
C’est la magnifique couverture de ce livre qui a attiré toute mon attention. Une photo de famille d’un père et son fils, puis j’ai vu le nom de l’auteur, Jirô Taniguchi, et là, bien sûr, je n’ai plus hésité une seconde. Sa présentation léchée fait de ce livre un petit bijou. On le prend avec tendresse, on tourne les pages avec soin et on le hume pour en prendre entière possession. Sa vue sur ma table de chevet a empli mon cœur de joie et les quelques pages tournées chaque soir, juste avant de m’endormir, m’ont assuré des moments de bonheur car ce journal est un vrai plaisir pour les yeux et pour le cœur.
 

Jirô Taniguchi s’est inspiré de sa longue absence de sa ville natale, Totorri, pour écrire ce manga, l’histoire de Yoichi. A l’annonce du décès de son père, qu’il n’avait pas vu depuis 15 ans, Yoichi, retourne sur les lieux de son enfance. Durant la soirée de veillée avec son oncle et sa sœur, il va se remémorer tous les souvenirs malheureux qui ont contribué à creuser le fossé entre son père et lui. C’est à cause ou grâce à cette soirée de deuil qu’il va mesurer l’ampleur de la rupture et de son absence. Ses flashbacks guidés par sa famille vont lui révéler peu à peu que finalement son père n’était pas l’homme qu’il croyait être : un homme distant et silencieux comme lui ?  
Yoichi
Cette rétrospective est très touchante et émouvante par sa justesse. Elle nous plonge dans une histoire submergée par des sentiments divers comme le doute, l’incompréhension, la tristesse, la surprise mais surtout l’Amour. Nous suivons le cheminement de ce petit garçon qui devient adulte et comprenons la vision qu’il porte sur ses parents avec son lot d’erreurs, de jugements, de maladresses, parce que la communication ne passe plus ou parce qu’il lui devient impossible de faire le premier pas.
 
Le dessin des personnages, d’une très grande finesse, m’a émerveillé tout au long du récit. On entre de plain-pied dans la vie traditionnelle japonaise, la place du père au sein de la famille, la pudeur maternelle et les valeurs d’un pays souvent fragilisé par les catastrophes naturelles.
Le Journal de mon Père ou comme un rendez-vous manqué.
Quand il est trop tard pour dire je t’aime, il ne nous reste plus que les regrets
 
Pivoine
Reine des Fleurs au Japon
Symbole de la sincérité
 
Arigatô Gozaimasu !
 

10 commentaires:

  1. Belle critique qui donne envie d'en savoir plus, tu m'as donné envie,et superbe pivoine ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci mon manU :D et merci pour ton regard ;)

    Dans le langage secret des fleurs la Pivoine est le symbole de la sincérité, j'ai trouvé que ça tombait bien pour mon billet :D.

    Tu vas beaucoup aimer ce livre ;)

    RépondreSupprimer
  3. Une très belle transmission de pensée je dirai....:D

    RépondreSupprimer
  4. Un manga magnifique qui touche au plus profond !!

    RépondreSupprimer
  5. C'est mon deuxième manga et mon deuxième Taniguchi et je vais de surprise en surprise, un vrai bonheur :D

    RépondreSupprimer
  6. Trop envie de le lire après ce joli billet...merci...;-)

    RépondreSupprimer
  7. Merci et contente de t'avoir donné envie ;)
    Je suis certaine que tu ne seras pas déçu :D

    Douce nuit ^^

    RépondreSupprimer
  8. C'est trop beau comme histoire.
    Tu m'as donné envie de le relire.
    Un petit coup de dépoussiérage devrait faire l'affaire, un flacon de saké, je me commande des yakitoris au resto du coin, et je replonge dans le journal de mon père...

    RépondreSupprimer
  9. Yakitoris, tu me mets l'eau à la bouche...:)
    euh je veux bien le relire moi finalement ;)

    Belle lecture et bonne nuit :D

    RépondreSupprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...