dimanche 18 août 2013

L été 79

Hugues BARTHE

Partie I 
Editions : Nil
2011

Lecture plaisir avec manU



                                                                                                            Valence, 
                                                                                                            Dimanche 19 aout  1979

Madame le juge,
Je m’appelle Christine, j’ai 12 ans. Comme chaque année, je viens passer quelques jours de vacances chez ma tante à la campagne. Chaque été, je retrouve mon camarade Hugues, il est si gentil. Il habite le village depuis toujours avec ses frères et ses parents. Comme chaque été depuis maintenant plusieurs années, Hughes se confie à moi. Aujourd’hui, il est urgent d’agir sinon je crains un grand malheur pour mon ami. Depuis longtemps maintenant son père boit, un véritable alcoolique. De plus, il est violent avec sa femme. Hughes, pour apaiser sa honte et son cœur, me raconte des choses horribles. Son pater ne dessoule pas du matin au soir, rentre tard la nuit les yeux injectés de sang, hagard, titubant, le visage rouge et bouffi. Alors commencent les coups et les insultes. Il cogne, il frappe puis vient l’angoisse, le bruit des pas sur le parquet, cette terreur de voir son père débarquer dans sa chambre. Alors il se fait tout petit, invisible, pour se faire oublier.   
Son père est apprécié par tous les villageois mais la nuit tombée, il se transforme en un être abject et écœurant qui empeste la haine et l’alcool. Le refuge de Hughes, c’est sa chambre, à mille lieux de toute cette violence. Mais il faut encore qu’il se bouche les oreilles, avec la musique à fond, pour ne pas entendre ses parents  vociférer, ne pas entendre le bruit sourd des coups qui traverse les murs. Quand les coups cessent enfin et laissent place à un silence de mort, c’est la peur au ventre qu’il descend à la cuisine voir si sa mère ne gît pas dans une marre de sang.
Que fait la police ? Rien ! Que font les villageois ? Rien ! Les gens du voisinage ricanent et répandent des ragots mais tout le monde se mure dans le silence et laisse sa mère dans le chaos et la résignation. Même la grand-mère d’Hughes, ferme les yeux, « On ne divorce pas chez nous, tu étais prévenue ma fille, maintenant tu dois assumer, et puis de quoi vivrais-tu ? Il n’est pas si mauvais ton mari, il te nourrit ! » Quelle belle nourriture pour l’esprit !
Ce ne sont pas les coups qui sont les plus douloureux mais les bleus à l’âme, l’humiliation, les regards qui se baissent, la honte… Ce qui fait le plus mal, c’est de savoir que tout le monde sait et que personne ne fait rien. N’y a-t-il pas non-assistance à personne en danger ? Ne peut-on rien faire pour lui ?
Sa planche de salut pour survivre à tout ça, c’est la bande dessinée, mode d’expression qui lui permet de s’évader un peu, de fuir la noirceur du réel. Et bien sûr, il y a sa tante, Dominique, sa bouffée d’oxygène qui lui promet monts et merveilles mais qui ne vient jamais ou si rarement.
C’est la colère au ventre et le cœur plein d’espoir que je me tourne vers vous aujourd’hui avant qu’il ne soit trop tard. J’aime beaucoup Hughes et je crois qu’il m’aime bien aussi, il a tellement confiance en moi.
Faut-il attendre l’irréparable ? Combien de vinasse et de vomi sous la table devra-t-il ramasser avant que quelqu’un n’intervienne, avant qu’il ne reproduise lui-même ce même schéma ? Quand on ne connait que la haine, les insultes et les coups, ne risque-t-on pas de reproduire ce à quoi on a assisté depuis toujours ? Mais pour Hughes, je suis certaine qu’il n’est pas trop tard…
C’est un S.O.S, une main tendue, que cet été 79 soit comme une bouteille à la mer !
 
Je vous en supplie, ne le laissez pas tomber.

                                                                                                             Christine


**************************



Le coup de gueule de Christine ce dimanche 18 août 2013 :

Ce qui démolit  le plus ne sont pas les blessures visibles mais celles que l’on ne voit pas. Peu à peu elles nous isolent, nous résignent, nous éloignent du mot Amour. On ne croit plus en la justice, en Dieu, en soi, alors on accepte les coups, les injures et on oublie ce que veut dire  le mot Aimer et être Aimer jusqu'à n'être plus rien.
Nul ne mérite d’être traité de la sorte. Le soleil se lève pour tout le monde …
 
Enfance maltraité 0800 05 12 34 Numéro vert.
Femmes victimes de violences 03. 22. 52. 09. 52 - Coût d'un appel local vers un poste fixe.

C’était ma toute petite goutte d’eau...
 
Mon post it :
Merci encore et toujours mon manU pour m'avoir confié ce livre, touchant, émouvant, vrai. Comme tu me connais bien.
 Pour lire son billet  c'est juste là : Mon Blog Préféré...

                ****************************


 


13 commentaires:

  1. "Tous les cris les S.O.S.
    Partent dans les airs..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Dans l'eau laissent une trace
      Dont les écumes font la beauté..."

      Supprimer
  2. Une lecture dont on ne doit pas sortir indemne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'autant plus touchant quand on comprend que c'est autobiographique !

      Supprimer
  3. C'est en deux volumes, non ? Faudrait que j'essaie de les trouver à la médiathèque, tu me donnes furieusement envie de découvrir cette terrible histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normalement oui en deux volumes et le 2eme vient de sortir... donc la suite est pour bientôt :)

      Supprimer
  4. Merde, mais comment que je fais pour déconner après ça ?
    Hein, tu y as pensé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lolll

      Retourne dans ta grotte Iséroise ;)

      Et dire que tu manques tous les festivals de jazz de la région ! Si c'est pas malheureux ça ;) ^^

      Supprimer
  5. Je crois que c'est le moment opportun pour reprendre mon plan drague...

    RépondreSupprimer
  6. Mais tu ne t'arrêtes jamais toi ? :)

    Je suis trop vieille pour toi mon petit Hugo ^^ :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il venait d'avoir 18 ans il était beau comme un enfant fort comme un homme :D mdr

      Même la chanson tu ne la connais pas...tu vois ...trop vieille :)

      Supprimer
  7. ...cette terreur de voir son père débarquer dans sa chambre. Alors il se fait tout petit, invisible, pour se faire oublier...

    Je passe...je ne lirais pas ce livre...car je sais trop.........

    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  8. ...............Je rentre dans cette chambre d'enfant, je prends cet enfant dans mes bras et c'est très fort que je l'embrasse ...................

    RépondreSupprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...