lundi 29 avril 2013

Les pieds bandés

Li Kunwu

BD One shot
Edition Kana
127 pages

 
Souffrir pour être belle !
Foutaise ! Souffrir pour être sous l’emprise des hommes. Je comprends pourquoi la femme est plus endurante que l’homme à la douleur. Deux mille ans de soumission ça forge le caractère.
La loi du plus fort est toujours la meilleure. Ce vieil adage est toujours d’actualité malheureusement, les pieds et les seins bandés, l’excision, le voile, paraître 15 ans plus jeune et j’en passe.
L’auteur Li Kunwu raconte avec pudeur et beaucoup d’amour la vie de sa nourrice Chunxia. Il nous dévoile 60 ans de souffrance et de calvaire que fut la vie de cette femme dans une Chine du début du XXème  siècle. Ce one shot très riche nous apprend beaucoup sur la culture, les traditions et la révolution  chinoise. A sa lecture je fus désorientée, en colère de voir ce petit bout de femme accepter avec résilience et résignation son sort.
 
Cette pratique remonte au Xème siècle. Un Empereur fétichiste des pieds, quelque peu dominant, vous en conviendrez,  demanda à sa concubine de se bander les pieds afin qu’ils soient les plus petits possible et ceci tout simplement pour accroître son désir sexuel. Cette coutume se répandra dans le pays  et durera jusqu’au XXème siècle.  Mille ans de souffrance et de soumission : Toi femme, tu auras de tout petits pieds et ainsi tu ne pourras  m’échapper : femme tu es, femme faible et chaste tu resteras! Voilà ce que raconte l’histoire de Chunxia. Pour qu’une Chinoise ait l’opportunité de faire un mariage avec un bon parti, elle devait avoir des pieds à taille idéale appelée Lotus d’or soit 7,5 centimètres. Le passage dans ce récit de la pratique du bandage m’a fait grincer des dents, j’avais envie de secouer la mère de Chunxia et lui dire :
Comment peux-tu infliger ça à ta propre fille, toi qui as tant souffert ?
«Mais vous savez, une paire de petit pieds, c'est une grande jarre de larmes. A l'époque, je souffrais tant que je désirais mourir.»
Mais que peut-on sur le poids d’une symbolique, d’une tradition et le gouffre de la misère ?
«Plus tu es pauvre, moins tu te bandes les pieds, moins tu te bandes les pieds, plus tu es pauvre.»
L’histoire de cette femme est prenante, saisissante et très enrichissante sur le plan culturel. J’ai été quelque peu déçue par le graphisme, non pas parce qu’il est sombre mais les traits manquent parfois de finesse et de précision. Néanmoins, l’écriture  tout en pudeur, prend vite le dessus sur le dessin et nous embarque dans une épopée chinoise intéressante,  d’avant Mao, que peu de femmes auraient voulu connaître, même avec le plus beau parti du monde.
Après ce récit émouvant, qu’il fait bon danser, courir, marcher, s’enfuir, rester, sauter et s’il le faut mettre des coups de pied au cul !
Les pieds bandés, de l’espoir à la désillusion, une très belle histoire touchante que je conseille pour comprendre une période révolue !
Souffrir pour être belle ? Venez me le dire entre quatre yeux que je prenne mon pied !
Fétichiste moi ?


 
 
 
 
 

10 commentaires:

  1. Encore une belle critique engagée et pleine d'émotions, bravo !

    RépondreSupprimer
  2. Merci manU ;)

    J'essaye de fermer ma gueule, en vain, c'est plus fort que moi :D

    RépondreSupprimer
  3. Il faut parfois des années, un siècle pour comprendre la barbarie de certaines coutumes. Certains standards physiques n'ont rien de rationnel, ce qui est d'autant plus rageant. Mais difficile de comprendre si l'on n'est pas à l'intérieur de cette coutume.

    De mémoire, il y avait un grand chapitre sur ces pieds bandés, dans le roman indispensable à lire de Mo Yan - pour comprendre l'histoire de la Chine - "Beaux Seins Belles Fesses".

    Merci de ce One Shot...

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toi ... :)

    Tout à fait d'accord sur ta reflexion :D
    Pour le livre de Mo Yan je ne connais pas mais je suis curieuse de connaitre :D

    RépondreSupprimer
  5. Méthode "barbare" pour trouver "chaussure à son pied"...ooouups...ok je sors^^

    RépondreSupprimer
  6. Tu sors :( !
    Mais tu reviens vite hein ;) ?

    :D

    RépondreSupprimer
  7. Je viens de le lire. Édifiant ! Quelle torture quand on y pense...

    RépondreSupprimer
  8. Oui j'ai trouvé cette histoire terrible et le pire c'est que ce n'est pas si vieux que ça... des méthodes barbares... Il y en a tant d'autres ... :(

    RépondreSupprimer
  9. Ca me fait penser à Cendrillon les pieds des femmes, c'est toute une histoire !! ... c'est n'est que récemment que je me suis rendu compte qu'il y a des jolis pieds mignons, plus c'est petit plus c'est joli... Non Cristina, je rigole ne me donne pas des coups de pied ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu le mérites pourtant mon petit 38 ;-)

      Les pauvres, elles avaient tellement les pieds atrophiés ! Une torture !

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...