samedi 27 juillet 2013

Son frère

Philippe BESSON

Editions Julliard 2001
152 pages



Mon Ange,
Acheter ce livre était une chose, le lire en était une autre, je ne le savais que trop bien...

Il s’est passé presque deux ans avant que je puisse tourner cette première page. Deux ans pour que cette douleur s’atténue un peu, qu’elle soit plus douce pour accepter l’inacceptable. Je savais que ces pages auraient l’effet d’un boomerang, une explosion de souvenirs qui me remettait face aux méandres de ton silence, ton absence, du manque et de ce parcours cruel que fut notre chemin. Je te savais condamné, tu étais plein d’espoir. Je t’ai tenu la main et quand nous sommes arrivés tous deux au point de non-retour, comme un grand frère débordant d’amour, tu as commencé à lâcher ma main, je l’ai retenue. Encore un peu s’il te plait. J’étais prête selon toi. Alors comme un brave petit soldat, c’est seul que je t’ai laissé franchir cette porte, un lâcher prise, vers l’inévitable, mon frère vient de mourir.
31 juillet, Thomas meurt. Voilà les premiers mots de ce livre qui s’enfoncent comme un poignard. Plus j’ai mal, plus je poursuis cette marche funèbre, plus je m’enfonce dans un abysse de souffrance. Malgré la douleur, je continue comme pour me punir d’avoir un cœur qui bat encore alors que le tien n’est plus. Les larmes, les sanglots m’assaillent et puis ma gorge se noue, se serre, prête à m’étouffer, j’abandonne. Chaque ligne de ce livre me rappelle à toi, chaque phrase sonne le glas, chaque mot se diffuse comme un poison. INSOUTENABLE. Je n’ai pu finir ce livre. Trop déchirant, éprouvant. J’étais de nouveau au bord du précipice. C’est trop profond, cette douleur est trop lourde, ça fait encore trop mal. Pourtant que Philippe Besson me pardonne car ce récit est d’une intensité rare. Un face à face empreint de souvenirs magnifiques. Sa plume est pure, délicate, son écriture est sincère, chaque mot, chaque parole transpirent l’amour, le respect et la pudeur. Une trop forte émotion l’a emporté sur tout le reste. L’auteur raconte le douloureux parcours de Lucas et de Son Frère malade, Thomas. Il va mourir, il le sait, nous le savons. Dans cette chambre d’hôpital, ce n’était plus Lucas et Thomas, c’était toi, moi et ce putain de bip qui ne cessait de ralentir. Le retour du boomerang était trop violent,  j’ai refermé ce livre, j’ai jeté l’éponge…
Alors que dire de plus sans tomber davantage dans le pathos ? A ceux qui ont perdu un frère, attendez peut-être un peu que le temps cicatrise les blessures. Pour les autres, lisez-le, chérissez-le,  ce livre est d’une beauté extrême qui vous fera aimer la vie.
J’ai compris aujourd’hui comme Lucas, que l’on ne guérit jamais d’une telle absence. On vit avec. Chaque jour quelque chose nous rappelle, Thomas, Toi. Une chanson, un parfum, un portable qui ne sonnera plus.

Lundi 19 septembre 2011   2h20 _____________________________________________________

La vie ne sera jamais plus la même.

A mon frère José Antoine, Mon Ange, Je t’Aime. 

 
Mes marque-Pages :
"Je croyais que la mort survenait toujours en hiver, qu'il lui fallait le froid, la grisaille, une sorte de désolation, que c'est seulement ainsi qu'elle pouvait se sentir sur son terrain. Je découvre qu'elle peut tout aussi bien exercer sa besogne en plein soleil, en pleine lumière. Je songe que Thomas l'accueillera en pleine lumière".
"Ai-je jamais été aussi proche de lui qu’aujourd’hui ? J’ai beau connaître notre intimité, qui date du premier jour, qui ne s’est jamais démentie, qui donne tout son sens au mot fraternité, il me semble que notre proximité n’a jamais été aussi grande que dans ces instants qui sentent la fin".
"Voilà. Il faut retrouver cette terreur, désormais presque familière. Il faut vivre avec cela, la peur que tout s’arrête, en une minute, que l’hémorragie survienne et l’emporte. Je songe qu’à tout instant, la tête pourrait partir en arrière, explosée de sang, comme si elle avait été atteinte par une balle tirée de loin".
"J'ai approché mon visage au plus près du sien. Le souffle chaud de mon haleine a glissé sur sa rigidité de cadavre. Mes lèvres ont embrassé sa joue. Sa peau s'est fissuré sous mon baiser".
 
Mon post it :
Pour lire le sublime billet du_Bison c'est Ici 
Mon buvard à émotion :
A mon Ti A.... Merci de tes mots " Il est parfois des choses dont il faut se libérer"... C'est fait. Merci d'être toi, Merci d'être là.

 
 
 ♥ ♡ ♥ ♡ ♥ ♡ ♥ ♡ ♥ ♡ ♥ ♡ ♥ ♡ ♥ ♡
 

13 commentaires:

  1. ..................................... Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Certains silences valent mieux que des mots, merci Jacky

    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Un livre presque insoutenable, comme la perte d'un être cher...
    Mais quel magnifique bouquin de Philippe Besson

    RépondreSupprimer
  4. Comme tu as raison, insoutenable et magnifique à la fois...

    RépondreSupprimer
  5. Dans la lignée de Jacky ...........................................Bisou sur l'autre joue ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour un bisou je tends toujours l'autre joue !

      Merci Cristie :-)

      Supprimer
  6. Touchant, émouvant, bouleversant et bien d'autres encore... :)

    RépondreSupprimer
  7. Et toi je te tends les deux joues ^^

    Merci mon manU, encore et encore ;)

    RépondreSupprimer
  8. Ton billet me bouleverse à point que tu ne peux imaginer. Je viens d'apprendre le décès d'un bébé de 4 mois (mort subite du nourrisson), je regarde ma fille qui en aura bientôt 6 et je me dis que certaines douleurs sont décidément impossibles à surmonter.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  9. Nous nous devons de relever la tête pour ceux qui restent Jérôme, ainsi va la vie avec ses peines mais heureusement ses joies. Il suffit de regarder dans les yeux de ta fille et tout va mieux...:)

    Je vous tous les deux ;)

    RépondreSupprimer
  10. Ma douce Cristina…

    Je suis touchée, je suis émue…
    Merci de m’avoir menée vers ces mots, un cadeau inestimable, un cadeau d’amitié. Merci….
    Une épreuve de vie qui rend plus fort et plus beau. Tu as été courageuse, parce que tu savais au fond de toi qu'il fallait tenir debout pour ceux qui restent...
    Dire je t’Aime, et le dire sans fin… Il a dû entendre ton cœur... <3

    Des bisous sur le tien <3 xx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci petite Nadine.

      C'était un instant de ma vie auquel ce livre m'a ramené. Il fallait que je fasse ce billet comme pour me débarrasser de cette tristesse.

      Tu sais ce moment je l'ai vécu seule avec mon Frère, et ses dernières heures avec lui furent comme un cadeau, malgré la douleur. Au moment ou j'ai lâché prise et s'en est allé sans faire de bruit...

      Toujours dire Je t'aime aux gens que l'on aime et ne jamais attendre qu'il soit trop tard...

      P'tits becs sur ton nez xx

      ;-)

      Supprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...