samedi 13 juillet 2013

Tout sauf l'amour

Dessin et couleur :
Frédéric Bihel

Récit :
Toldac & Pierre Makyo

Editions : FutuRoPoliS

95 pages
Février 2013

(Achat d'occasion au festival de la BD à Eurre)

 

"Pourtant que la montagne est belle comment peut on s’imaginer" que parfois la nature reprend ses droits et devienne si cruelle.
Nina, six ans, rit aux éclats devant l’objectif de sa mère et c’est la photo de trop. Une avalanche vient tout balayer  et puis plus rien, le désespoir glaçant, une page blanche comme neige.
2010, Nina de Beaumont a 26 ans. Elle est devenue une belle jeune femme mais elle est anhédonique. Incapable de ressentir la moindre émotion positive ou plaisante depuis la mort accidentelle de sa mère, le bonheur l’insupporte. Une certaine culpabilité l’habite, elle refuse d’être heureuse allant jusqu’à faire des choses qu’elle déteste le plus, comme pour se punir d’un acte, d’un rire. Son père, Antoine, ne sait plus quoi faire pour sauver Nina de cette dépression et vit dans la  l’angoisse de perdre sa fille unique, syndrome de l’enfant précieux. Mais le destin va mettre José sur son chemin.
José Alcano, neurologue, amateur de voiture de collection tient une agence matrimoniale d’un nouveau genre, «Les rencontres du 21e ciel»,  avec une méthode révolutionnaire pour former les couples. Il dissèque les mécanismes névrotiques de l’amour. Pour lui, le coup de foudre  n’est qu’une question d’impact hormonal et  de probabilité. Il vient justement d’écrire un livre : Roméo + Juliette La farce hormonale. Alors, quand il a un accident de voiture sur la voie ferrée et que le PDG de la SNCF lui demande une compensation pour les dégâts causés et que ce PDG n’est autre qu’Antoine de Beaumont, le père de Nina, un pacte  va s’imposer à eux comme une évidence : Sauver Nina et  alors Antoine effacera sa dette.
Mais parfois les probabilités sont trompeuses surtout quand il s’agit de l’amour. Les sentiments sont parfois capricieux,  aimer ne se commande pas.
Cette comédie sentimentale m’a embarqué dès la première bulle. Le personnage de José est très attachant et  m’a beaucoup amusé. Très joli album servi par de belles couleurs pastel  et de jolis dialogues.  Un petit coup de fraicheur, à lire au bord de la piscine  pour passer un  moment agréable.
Tout sauf l’amour… Et si c'était, Rien, sinon l’Amour
 
 
 
Mes post-it :
 
"Oui, je sais ce que vous allez dire : Elle n'est pas belle. Mais l'amour, le vrai amour, n'a rien avoir avec la beauté. Il vit dans les profondeurs. La beauté ou l'absence de beauté est un petit problème de surface".
 
 
"- Disons que pour un couple lorsque le candidat idéal est trouvé la programmation de l'amour dure trois ans... c'est la période pendant laquelle l'hypophyse synthétise de l'ocytocine... l'hormone de l'Amour ;  Ensuite, l'état amoureux s'arrête et le cerveau retrouve une activité normale.
- Ah ! Et alors qu'est ce qui se passe... après ?
- Après ? ... Vous retrouvez une vie normale.
- Et elle est comment la vie normale de José Alcano ?
- Fin de l'interview !"
 
 
"Non, non... Pas de merci Antoine. Le guérisseur soigne ... C'est Dieu qui guérit".
 
 
                                                 ******************************* 

2 commentaires:

  1. Très beau billet, plein de sensibilité, qui donne envie de découvrir cet album.
    Bon 14 juillet ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci mon manU :) Une jolie comédie légère qui fait du bien.

    Bon 14 juillet à toi aussi ;)

    RépondreSupprimer

" La vie est là simple et tranquille. "
Paul Verlaine

" Le plus difficile n'est pas d'avoir mal, mais de renoncer au bonheur. "
J.P.P

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...